Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A ceux qui ne supportent plus l'enlaidissement de la langue française depuis l'arrivée des euros … Ce billet d'humeur dédié aux oreilles agressées.

 

Le texte est tiré du "Traité des études monastiques" de Dom Mabillon (1691)

 

"Pour ce qui est de la langue française, il faut aussi s'accoutumer de bonne heure à la bien prononcer: C'est une honte d'ignorer la prononcia­tion de sa langue maternelle. Les défauts que l'on commet plus ordinaire­ment sont de ne pas, faire de distinction entre les é ouverts et les e muets ou fermés ; de ne point faire sonner la consonne qui termine un mot sur une voyelle qui commence le mot suivant. D'où vient que c'est fort mal dit, par exemple, incontinen après, en mangeant le t, au lieu d'incontinent-­après ; sainct' âmes au lieu de saintes-âmes. A l'égard de l' é ouvert, la faute n'est plus pardonnable aujourd'hui que l'on a coutume d'y mettre des accents, au moins dans les livres imprimés. On commet encore d'ordinaire une autre faute en ne prononçant qu'une voyelle lorsqu'il s'en trouve deux à la fin d'un mot. C'est ainsi que l'on dit vi pour vie, envi pour envie, renommé pour renommée, et passé pour passée. Il faut élever la prononciation de la première voyelle, et faire une légère inflexion sur l'e fermé qui suit. Il faut aussi allonger la prononciation des troisièmes personnes du pluriel des verbes, ils allaient, ils venaient, et l'abréger dans le singulier, il allait, il venait. Je serais trop long si je faisais toutes les observations que l'on pourrait faire sur ces minuties ; je me contenterai d'ajouter qu'il ne faut prononcer l' h aspiré que dans les mots français qui viennent des mots latins qui ne sont pas aspirés, comme aux mots de hau­teur, hasard, honteux, mais il ne faut pas aspirer lorsqu'il y a une aspira­tion dans les mots latins, comme à l' homme, l' héritage. On excepte de ce nombre les héros; et quelques autres où il faut prononcer l'aspiration, quoiqu'il y en ait une au latin, afin d'éviter les contresens. Dans le mot heureux au contraire on ne la prononce pas, quoiqu'il n'y ait point d'aspi­ration dans le latin."

 

 

Le moine et l'historien DOM MABILLON œuvres choisies

Bouquins Robert Lafont

Tag(s) : #Notes de lectures