Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 L’œuvre identifiée de Pietro Bellotti

 

            La moindre notoriété de Pietro Bellotti rend difficile l’identification d’œuvres pouvant lui être attribuées. Les trois propositions de Dario Succi dans le catalogue de l’exposition « Da Canaletto a Zuccarelli: il paesaggio veneto del Settecento » (Villa Manin de Passariano 8 Août - 16 Novembre 2003), reprises en ligne sur le site Arte Ricerca, sont considérées par Charles Beddington (1) comme les plus convaincantes :

 

           P-Belloti_Il-molo-verso-la-Libreria-e-la-Salute.jpg

  

Pietro Bellotti, Il molo verso la Libreria e la Salute.

 

 

            Visentini

Visentini, Vue de la colonne St Théodore et de l’entrée du Grand Canal

 

 

            La première, une vue de Venise (la jetée près de la bibliothèque à l’angle de la place Saint-Marc avec, au fond, la basilique Santa Maria della Salute) est copiée d’une gravure de Visentini (2) d’après Canaletto. La précision du trait des édifices du premier plan l’inscrit dans une veine Canaletto évidente. Sans référence de couleur, Bellotti emploie une tonalité plus jaune qui assombrit le tableau. L’effet de brume qui entoure la Salute masque peut-être ici des imprécisions architecturales. Le foisonnement de la vie vénitienne très présent dans le tableau de Canaletto n’est pas reproduit dans la copie de son neveu où les personnages moins nombreux, semblent plaqués sur le décor. Le cadrage enfin, est différent, la partie gauche manquante dans le tableau de Bellotti est peut-être l’effet d’une recoupe car la gravure de Visentini est fidèle à la peinture de Canaletto. En tout état de cause, le cadrage de Canaletto permet de gommer l’effet de masse donné par les bâtiments du premier plan sur la peinture de Bellotti. :

 

           Canaletto_mole-depuis-l-ouest_2.jpg

   

Canaletto, Le môle : vers l’Ouest

            Ce rééquilibrage est encore plus évident dans une autre réalisation de Canaletto qui exploite encore plus judicieusement le même décor en faisant pivoter l’angle de vue vers l’entrée du Grand Canal et en rapprochant la Salute jusqu’à en faire par la précision du trait le pendant de la Libréria :

 

 

           Canaletto_mole-depuis-l-ouest-1730.jpg

   

Canaletto, Le môle : vers l’Ouest 1730

 

            La seconde œuvre présentée par Dario Succi est, lorsqu’il écrit,  la seule qui soit signée par Bellotti dit Canaletti (voir plus loin la découverte de deux capricci signés). Elle est copiée d’une eau-forte de la main de Canaletto faisant partie d’un ensemble réuni après 1744 (3) et dédié à John Smith, consul britannique à Venise à cette date. Elle présente une très forte identité avec son modèle alors que Canaletto dans sa peinture s’en éloigne pour quelques éléments du décor et dans le traitement des personnages. Comme pour la précédente, Bellotti se distingue de son oncle en n’utilisant pas le blanc pour les bâtiments, gommant ainsi le contraste qui existe dans la peinture de Canaletto.

 

 

        P-Belloti_Le-porte-del-Dolo-eclairci.jpg

 

 

 Pietro Bellotti, Le porte del Dolo

        Dolo-gravure.jpg

Canaletto : Le Porte del Dolo, Eau-forte (avant 1744)

 

        Dolo-peinture 2

Canaletto : Le Porte del Dolo

 

            Une gravure de Fabio Berardi (4) appartenant à une série de vues de 6 villages ruraux (dont 4 inspirées de Canaletto) est à l’origine de cette 3e peinture où Dario Succi distingue des subtilités chromatiques propres à séduire le goût français. Les gravures de Berardi ont été publiées par son maître Wagner après 1760.

 P-Belloti_Dintorni-di-Padova-con-la-torre-di-Ezzelino.jpg

 

Pietro Bellotti, Dintorni di Padova con la torre di Ezzelino

 

 

            Dario Succi cite deux autres œuvres de Bellotti antérieures à 1760 car exposées à cette date au salon de Toulouse et repérées dans cette ville par Robert Mesuret (5) dans la collection de Bernard Desarnaut : la première, une vue de Rome avec le Tibre et le Castel Sant’Angelo, la seconde une vue de Venise, le Grand Canal près du quartier de Cannareggio d’après une autre gravure de Visentini publiée vers 1735 :

 

 

bellotti pietro-the entrance to the canareggio venice

 

 

Pietro Bellotti,

Veduta del Canal Grande con San Geremia, l’entrata al Cannaregio e Palazzo Labia

 

 Visentini-Canareggio.jpg

 

Visentini, Entrée du Canal Royal et église St Jeremie (vers 1735)

 

            La version présentée ici a été vendue chez Christie’s à Londres  (3 décembre 2008, lot 267). Bien que le site de vente présente Pietro Bellotti comme décédé à Varsovie en 1780 et qu’à l’évidence il le confond avec son frère Bernardo, l’attribution de cette copie à Pietro fait peu de doute au regard de la froideur des couleurs et de la rigidité des personnages constatées dans les autres œuvres identifiées.

 

            Une version de cette œuvre provenant d’une galerie milanaise et attribuée à Bellotti a été vendue chez Sotheby’s à Milan (23 juin 2009, lot 45) mais dans ce cas l’attribution à Bellotti me paraît douteuse car au-delà d’une qualité d’exécution qui semble difficile à prêter à celui-ci, la peinture est trop éloignée de la gravure Visentini. Ce n’est pas le cas de la version attribuée au Maître de Lyon ou Appollonio Domenichini actif à Venise au milieu du XVIIIe siècle vendue chez Bonhams à Londres (8 décembre 2010 lot 85). Malgré quelques détails divergents minimes, la ressemblance de cette dernière œuvre avec la gravure  est bien troublante pour une peinture attribuée à un artiste opérant à Venise. Ne faut-il pas y voir un travail d’après la gravure par un artiste au talent plus sûr comme Bernardo Bellotto, adepte des couleurs plus froides et qui n’hésitait pas à copier avec exactitude les œuvres de son oncle, ou encore une version inconnue du maître lui-même ?

            Comme on peut le constater sur les sites des vendeurs, ces deux tableaux sont de bien meilleure facture que celui attribué à Pietro Bellotti.

 

            Cette vue de Venise est inspirée de tableaux de Canaletto qui existent en trois versions datées des années 1734-1742. L’une d’elles appartient à la collection de la reine à Windsor, elle a servi de modèle à Visentini :

 

 Canaletto-Windsor-the_entrance_to_the_canareggio_venice.jpg

 

Canaletto, Venice: Entrance to the Cannaregio (Royal collection)

 

            L’autre est à la National Gallery la peinture vendue chez Bonhams en est proche par les couleurs plus froides :

 Canaletto-NG-the_entrance_to_the_canareggio_venice.jpg

 

Canaletto, Venice: Entrance to the Cannaregio (National Gallery)

 

 

            D’octobre 2010 à janvier 2011, la National Gallery propose une exposition intitulée Canaletto et ses rivaux. Comme l’expose Didier Rykner sur le site de la Tribune de l’Art (20 octobre 2010), le parti pris du commissaire Charles Beddington, en présentant  les chefs d’œuvres des meilleurs vedutistes, est de retracer l’essentiel d’un genre dont l’histoire coïncide avec le XVIIIe siècle. L’influence que peuvent exercer les artistes sur leurs disciples ou rivaux est une des données de l’art de la veduta exercé dans un temps et un espace limité. Afin d’étayer son propos, Charles Beddington propose de comparer certaines œuvres présentant des rapprochements intéressants ou des ressemblances flagrantes. David R. Marshall, sur le site Melbourne Art Network poursuit la réflexion en insistant sur la filiation entre les œuvres de Canaletto et celles du meilleur de ses neveux. Pour le critique d’art Australien, Bernardo Bellotto démontre souvent un talent supérieur à son oncle mais peine à le transmettre à son jeune frère. Le photographe londonien Ian Leake développe sur son site, à partir des  mêmes œuvres, d’intéressantes réflexions sur l’apprentissage par la copie.

 

            La comparaison de trois œuvres produites par le clan Canaletto dans les dernières années de leur présence commune à Venise est donc particulièrement intéressante. Elle concerne une vue de l’entrée du grand canal, cette fois-ci vue vers l’est :

 

Bellotti L'entrée du Grand canal Melbourne

Pietro Bellotti (1725-vers 1800)
L’Entrée du Grand Canal, vers l’est,
avec Santa Maria della Salute
, vers 1743-1744 (ou 1748 ?)
Huile sur toile - 56,5 x 84 cm
Canada, collection particulière
Photo : Melbourne Art Network

 

            Si la chronologie est exacte, ce tableau est le premier témoignage du travail du jeune Pietro Bellotti à l’époque où il étudie son art près de son frère Bernardo, quelques années avant de quitter Venise pour la France. Les tableaux respectifs de Bernardo Bellotto et de son oncle Canaletto présentent des différences dans le dessin mais une similarité de mise en œuvre des éléments secondaires que sont bateaux et personnages fort intéressante dans ce qu’elle dit du travail de l’oncle et du neveu.

 

            Mais que penser de l’œuvre si différente de Pietro ? Le rapport entre sa toile et les deux autres ne prêche pas pour une exécution quasi contemporaine des trois œuvres et le style qui y est déployé fait plutôt penser à sa méthode habituelle d’exécution à partir d’une gravure. En outre, le tableau copié par Pietro est plus proche de celui de Canaletto qui pourrait avoir été repris par un graveur :

 

 Ianleake-The_Entrance_to_the_Grand_Canal_looking_East_with_.jpg

 

Canaletto (1697-1768)
L’Entrée du Grand Canal, vers l’est,
avec Santa Maria della Salute
, vers 1741
Huile sur toile - 54,6 x 101,6 cm
Cambridge, The Fitzwilliam Museum
Photo : Ianleake.com

 

 

Ianleake-The_Entrance_to_the_Grand_Canal_looking_E-copie-1.jpg

 

Bernardo Bellotto (1722-1780)
L’Entrée du Grand Canal, vers l’est, avec Santa Maria della Salute, vers 1743
Huile sur toile - 72 x 96,5 cm
Collection particulière
Photo : Ianleake.com

 

            Le site de reproduction Smile’Art, propose également le même tableau et une vue du Rialto par le même Bellotti :

 

Bellotti-Rialto

 

Pietro Bellotti, le Pont du Rialto et le Palais Dolfin-Manin

35x50cm

 

            Cette vue de la lagune a été vendue chez Sotheby’s à Londres (8 juillet 2004 lot 342) :

bellotti_pietro-venice_a_view_of_the_lagoon.jpg

 

Pietro Bellotti, Venice a view of the lagoon

 

            Le premier salon Paris-Tableau au Palais de la Bourse de la capitale du 4 au 8 novembre 2011 avait pour but, à l’initiative de galeries spécialisées, de présenter un florilège de la peinture ancienne. L’expert et représentant d’une galerie londonienne Charles Beddington y a présenté quatre œuvres de Pietro Bellotti parmi lesquelles cette autre vue du Grand Canal vers l’est au ciel impressionnant :

 

 

 P-Belloti_Venise_Beddington_le-grand-canal-avec-l-eglise-Sa.jpg

Pietro Bellotti (1725-vers 1800)
Le Grand Canal, avec l’église Santa Maria della Salute
Huile sur toile - 129,5 x 135,5 cm
Londres, Charles Beddington Ltd
Photo : Charles Beddington Ltd

 

            Le second salon en 2012 présente d’autres œuvres de Bellotti, parmi lesquelles cette vue du bassin San Marco :

 

ParisTableau2012 CharlesBeddingtonLtd Belloti HD

Pietro Bellotti, Le Bacino de San Marco, tourné vers l'Ouest. Huile sur toile, 47,7 x 81 cm

galerie Charles Beddington LTD

 

         Le catalogue de la galerie Beddington propose encore cette vue d’Amsterdam qui pourrait avoir figuré parmi « les plus belles vues d’Europe » présentées par Pietro Bellotti à la Foire Saint-Germain en 1755 :

 

 Beddington2452012T155939-1-.jpg

Pietro Bellotti

The Buiten Amstel, Amsterdam, looking South 

Oil on canvas
37.3 x 49.5 cm

galerie Charles Beddington LTD

 

            Cet inventaire ne serait pas complet sans évoquer l’existence d’un type de paysage iddylique dit capriccio dans l’œuvre de Pietro Bellotti. La base Joconde signale deux exemplaires d’un Paysage de ruines lui étant attribué, l’un au musée Tessé du Mans, l’autre à l’Hôtel de la Préfecture de la Sarthe dans la même ville.

 

            Cet autre capriccio (peut-être le même ?) a été vendu l’an dernier chez Sotheby’s à New York (6 juin 2012 – lot 24) :

 bellotti_pietro-capriccio_with_figures_in_front_of.jpg

Pietro Bellotti, Capricio with figures in front of the ruins of a church

 

            Plus récemment, la galerie Derek Johns de Londres propose une très belle paire de capricci signés :

 

« Bellotti dit canaleti venitien peintre roial »

            Les deux toiles montrent une réelle maîtrise du capriccio et comme le souligne le commentateur des œuvres, une imagination plus perceptible que dans ses autres travaux. La signature ponctue certainement ici une œuvre plus originale :

bellotti-20--20pair-20of-20capricci-201.jpg

 

 

bellotti-20--20pair-20of-20capricci-202.jpg

 

Pietro Bellotti, Capricci of Classical Ruins

Oil on canvas. A pair

49 x 65.4 cm

            Cette vue de la place San Marco est au musée des Augustins à Toulouse, ville principale de résidence de Pietro Bellotti. La base Joconde la qualifie d’anonyme bien qu’elle ait été longtemps attribuée à notre artiste. La même base signale une autre vue de la Place San Marco avec l’église San-Gemignano du Sansovino attribuée cette fois-ci à Pietro, cette peinture est propriété de la commune de Toulouse et conservée à la Caisse d’Épargne.

 

Augustins

Anonyme, (autrefois attribué à Pietro Bellotti)

Vue de la place San Marco à Venise

Huile sur toile 68x91.7cm

 

            L’année 2013 sera t’elle celle de la redécouverte de Pietro Bellotti par le grand public ? Si c’est le cas, on le devra à la ville de Venise qui prend cette année l’initiative d’ouvrir les « Archives du Védutisme » et de consacrer la première exposition sur ce thème à Pietro Bellotti.

            Elle aura lieu à la Ca’Rezzonico, le musée du dix-huitième siècle vénitien du 30 novembre 2013 au 28 avril 2014.

 

            « Né en 1725 à Venise, Pietro Bellotti utilise son appartenance au clan Canaletto et la renommée de son oncle, en particulier en France, où il a déménagé et a travaillé pendant cinquante ans, lui-même «le sieur Canalety" ou en se faisant appeler "Pietro Bellotti de Caneletty." Il s'installe à Toulouse avec sa famille, après un bref apprentissage dans l'atelier de son frère. Le peintre est signalé à Besançon, Nantes, Lille et Paris et, au moins pour une courte période en Angleterre. Avec un processus personnel et un style indépendant des inventions de Canaletto, il créée de nombreux points de vue des villes les plus importantes en Europe ainsi que des capricci architecturaux.

 

            L'exposition retracera la longue carrière du peintre, en réunissant, en plus de quelques œuvres conservées dans les collections publiques telles que celles du Yale Center for British Art ou le Mauritshuis à La Haye, une quarantaine de tableaux, dont quelques-uns issus de collections privées de toute l'Europe. »
                                                                   
 

                                                                      Charles Beddington et Alberto Craievich

               

         Je termine cette revue de l’œuvre identifiée de Pietro Bellotti par cette très jolie vue de la Dogana di Mare et l’un de ces immenses ciels qui sont l’une des spécificités de notre voyageur. A coup sûr une œuvre que nous pourrons admirer cet hiver.

  expo- 2013 pietro-bellotti-300x235 dogana

     

Pietro Bellotti, Il Bacino di San Marco con la Punta della Dogana

 

                                                                                                           PatBdM juin 2013

   
 


 

(1) Charles BEDDINGTON, The Lyon master (15/12/2003)

En ligne sur le site Colnaghi             

(2) Antonio Visentini 1688-1782, graveur vénitien connu pour ses vedute reprenant des tableaux de Canaletto.           

(3) J.G. LINKS, Canaletto… p.156

(4) Fabio Berardi 1728-1788, graveur Siennois ayant vécu à Venise. Ses gravures de paysages dont certaines d’après Canaletto et des marines d’après Vernet lui ont apporté une certaine notoriété.

(5) Robert MESURET, Pietro Bellotti non veneziano di Tolosa,

Arte Veneta, VI, 1952, pp 170-2