Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

            La bataille des Cardinaux gravure allemande (Le Thésée est repéré "D" en bas de la gravure)   


               Ce n'est pas un titre du dernier CD de Cabrel mais le nom de quelques rochers par le sud-est de l'île d'Hoedic qui reste attaché au souvenir d'une défaite navale qui scella en pleine tempête, voici un quart de millénaire, le destin de la marine française et coûta la vie de 4 à 500 paysans bretons de nos côtes.
                Mardi 16 juin 2009, plateau de l'Artimon par 47° --' --'' de latitude Nord, 02° --' --'' de longitude Ouest, par 20 mètres de fond, les sondes du croisicais Jean-Michel Eriau et de Jean-Michel Authie rencontrent un obstacle sous un mètre de vase.
                Le Thésée vaisseau de 74 canons, jaugeant 1500 tonneaux, un des fleurons de la flotte française de XVIIIe siècle, dernier des cinq grands navires français coulés aux Cardinaux vient d'être découvert sur le lieu de son naufrage au Nord-Est d'Hoedic, non loin de l'île Dumet au large de Piriac à l'ouest, de St Gildas de Rhuys au nord.
Voir ici le film de la découverte sur le site de la Société d'Archéologie maritime du Morbihan, SAMM.


               Fin 1758 : Nous sommes en pleine guerre de Sept ans. Louis XV décide d'éloigner les navires de la Navy omniprésents sur nos côtes, en provoquant un débarquement de nos troupes en Ecosse. Une flotte marchande affectée dans ce but est organisée à Nantes puis rejoint le golfe du Morbihan où doivent avoir lieu les principales opérations d'embarquement.
              Novembre 1759 : Le corps expéditionnaire est prêt, l'escadre d'escorte constituée des vaisseaux disponibles sur les côtes de l'océan, commandée par le Maréchal de Conflans (70 ans, l'âge du capitaine aura son importance) quitte Brest le 14 pour le golfe du Morbihan qu'elle n'atteint que le 20 au matin poursuivie par toute la flotte anglaise de l'Amiral Hawke ! 
              Les Cardinaux sont en colère, le vent est violent et les parages dangereux, le combat qui s'engage entre les deux flottes n'a rien de la classique rencontre en ligne, les manoeuvres sont confuses, l'habileté et la chance sont anglaises. Le Thésée, dans un viré de bord périlleux, sabords de la batterie basse ouverts, sombre d'un coup. Des 650 hommes à bord une vingtaine peut-être sera sauvée mais probablement aucun des 137 garde-côtes de Saint Pol de Léon et Morlaix qui avaient pris place sur le navire pour remplacer les marins manquants.
            Au total 2500 français périssent dans cette funeste journée. Un sur cinq est un garde-côte, c'est-à-dire un paysan d'une des paroisses du littoral assujetti par tirage au sort à un service de défense locale. Principalement affectés au service des canons, les hommes de la côte qui ont pour la plupart la mer en horreur, n'avaient aucune chance de se tirer d'un naufrage !

            En novembre prochain, une cérémonie réunira la Royale et la Navy dans un hommage aux marins disparus anglais (près de 500) et français. Je forme le souhait qu'il soit alors rappelé que de jeunes hommes, la fleur de leurs villages, qui n'étaient ni soldats ni marins, ont perdu la vie dans une affaire où leur inexpérience ne pouvait que les mener à leur perte.

           De nombreuses manifestations culturelles ponctuent cette année sur le littoral du Morbihan et de la Loire-Atlantique, la commémoration du 250e anniversaire de la bataille des Cardinaux.

Parmi les conférences :

Mardi 30 juin 18h à Guérande (salle de l'Athanor) :
Georges NARD La bataille des Cardinaux et la recherche d'épaves

Le 3 juillet 18h à Piriac (maison du Patrimoine) :
Olivier CHALINE Les impacts sociaux économiques de la bataille des Cardinaux

Le 20 novembre 18h au Croisic
Olivier CHALINE Quiberon Bay 20 novembre 1759 la bataille des Cardinaux victoire anglaise


Pour l'ensemble des manifestations voir le site de la commémoration

 

Tag(s) : #De l'histoire locale à la grande Histoire