Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

 

Le meilleur des historiens est celui qui se tient le plus près des textes, qui les interprète avec le plus de justesse, qui n'écrit et même ne pense que d'après eux (...)

Très rares sont ceux qui comprennent qu' en se reportant à un petit nombre de textes pris aux sources, en scrutant de près quelques textes de lois ou quelques extraits de documents diplomatiques, ils auraient infiniment plus de chance d'entrer dans l'esprit de l'époque avec laquelle ils doivent se familiariser (...)

Quand on ne devrait pas se spécialiser en histoire, l'exercice d'explication de textes historiques resterait néanmoins un des moyens efficaces de préserver l'enseignement des défauts où il glisse presque inévitablement : le verbalisme et l'imprécision. Toutes les pédagogies modernes se piquent, à l'instar de Montaigne, de former des têtes bien faites piut6t que de bourrer des cervelles. Mais, dans la pratique, on n'a réagi contre l'usage immodéré de la mémoire qu'en tombant dans un autre excès et en cultivant le psittacisme. Il est bien beau de condamner dans les programmes et dans les circulaires les exercices de mémoire, de proscrire l'histoire réduite aux catalogues de dates et de noms propres ; mais, à l'opposé, ira-t-on jusqu'à transformer l'histoire, dans les petites classes, en un recueil d'épisodes anecdotiques pour la récréation des jeunes imaginations, ou à en faire à l'usage des adolescents un art assez vain de disserter sur Ies sociétés et les civilisations disparues, en dehors de toute donnée chronologique précise, de toute connaissance de fait, de toute analyse positive de documents ? Elle ne servirait alors qu'à développer cette tendance, fatale pour ceux qui s'initient aux choses de l'esprit, à confondre le verbe avec l'idée, à se contenter d'approximations, à substituer des vues de l'esprit à l'impitoyable rigueur du réel. Si l'on veut lutter contre un laisser-aller intellectuel qui a des conséquences déplorables, il faut astreindre les jeunes esprits à une disçipline rigoureuse, à cette probité qui ne triche jamais avec la réalité, à ce « culte de l'esprit critique» (...)

L'intelligence vraie s'atteste non par la faculté de discourir à vide, mais par l'art de saisir des rapports justes entre des faits solidement établis, assez bien analysés et connus pour pouvoir être maniés en vue de rapprochements féconds. Peu de sciences y peuvent entraîner mieux que l'histoire (...)

Extrait de l'avant propos de A. Latreille «L'explication des textes historiques» méthode d'explication

et de choix de textes Histoire moderne Hachette 1944


Tag(s) : #De l'histoire locale à la grande Histoire