Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le 14 février 1774, Madame la prieure du Bourg des Moutiers et Pierre Rivet recteur de la paroisse, décident de finir la contestation  qui les oppose dans la perception des droits de terrage (impôt payé en nature, on l'appelle dans d'autres régions le champart) et de la dîme (impôt dû au clergé). C'est l'occasion de faire dresser un plan qui va préciser pour chaque parcelle le type d'imposition et le taux appliqué. Ainsi, la partie contestée (repérée A) doit-elle pour le terrage le cinquième des fruits et pour dîme le trentième. Le plan figure la propriété du presbytère et son environnement immédiat à l'intersection du chemin du prieuré et de celui de la Rairie (actuellement rues de Prigny et rue de la Source) le petit chemin situé immédiatement à l'ouest du presbytère est l'actuel chemin du diable ! L'autre chemin de la Rairie (plus à l'ouest) est l'actuel chemin de Trélebourg.
Ce plan fut dressé peu après l'importante restauration que l'abbé Rivet entreprit sur son presbytère. Le bâtiment existe toujours aux 3 et 5 de la rue de Prigny. Après avoir été vendu comme bien national à la Révolution, il fut la demeure d'Eugène Bouraude, maire de la commune et abrita l'école tenue par sa femme de 1845 à 1861.
L'abbé Baconnais dans son Manuscrit (1886) a repris ce plan en le complétant d'éléments plus récents. Il figure ainsi le pré de Julien Baconnais son parent où la pièce des Petites Maladreries où est construite l'école des garçons en 1880.






























Le plan de 1774 : Archives départementales de Loire-Atlantique  H 368

























La copie Baconnais (1886) Manuscrit de l'abbé Baconnais (Mairie et presbytère des Moutiers)

Tag(s) : #Raconter son village