Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog


Le texte suivant est dédié à tous les rongeurs de vieux papiers, à ceux qui vont aux sources de la connaissance du passé pour en transformer l'étude en "expérience anticipée". Rédigé vers 1760 par Pidansat de Mairobert
Il introduit une histoire de la Marine en 5 parties couvrant la période 1673-1723 heureusement proposée par le site Chronique de la Marine du roi.


Le plus grand avantage que l'on puisse retirer de la collection des manuscrits qui se trouvent dans les archives et dans les dépôts publics, est moins d'y retrouver les dates et les détails des anciens événements, que de parvenir à en connaître les motifs et les routes qui les ont conduit et préparés. C'est de là que l'on peut tirer les meilleurs principes du gouvernement et d'administration pour l'avenir.
Mais si rien n'est plus utile que cette connaissance, rien n'est si rare ni si difficile que de l'avoir juste et de pouvoir la puiser dans la source. Une partie de ces motifs se trouve cachée dans le cœur des princes et des ministres et quelquefois n'en sort jamais, l'autre ne se découvre que longtemps après et reste souvent ensevelie dans le secret des cabinets. Peu de gens sont à portée de l'en tirer, et de ceux là, les uns manquent de temps, les autres de moyens et le plus grand nombre d'intérêts pour les mettre au jour. Le passé s'oublie, le présent s'échappe et l'avenir touche trop faiblement pour engager à des recherches pénibles dont le mérite parait incertain ou éloigné. Les affaires, dit-on, ont changé de face, ce qui était bon alors ne vaut plus rien à présent. Il faut vivre au jour le jour, un bon esprit vaut mieux que toutes les vieilles maximes. C'est là ce qui fonde en partie le peu de cas que l'on fait de la lecture des anciens manuscrits ou le peu de secours que l'on en tire. Cependant il est des principes supérieurs et des maximes capitales qui sont de tous lecteurs et de tous les gouvernements, que l'esprit seul n'apprend point, et dont il n'y a que l'étude jointe à la pratique et à une longue habitude dans le maniement des grandes affaires, qui puisse faire connaître l'importance. Cette étude est pour ainsi dire une expérience anticipée; elle ne suffirait pas à un homme sans génie, mais elle aidera beaucoup celui qui joindra l'une à l'autre.

Tag(s) : #Notes de lectures